Pugny au cœur de la tourmente

Pugny à l’honneur

Pour la première fois, le château de Pugny fait la une de couverture d’un ouvrage historique. En effet le dernier livre de Pierre Gréau, vice-président du Souvenir Vendéen, vient de sortir et met Pugny à l’honneur.

Dans « Août 1792, les préludes aux guerres de Vendée », l’auteur expose tout d’abord les causes et les événements qui à partir de l’été 1790 conduisent les populations rurales de l’ouest de l’adhésion ou l’indifférence à une franche hostilité à la politique des autorités révolutionnaires.

La révolte de la Saint-Louis

Les changements liés à la mise en œuvre rigide et dogmatique de la constitution civile du clergé, soit l’interdiction d’exercice puis la persécution et la déportation des prêtres qui refusent de prêter serment aux autorités révolutionnaires, créent progressivement les conditions explosives d’une révolte populaire. 

C’est à Moncoutant le dimanche 19 août 1792 que l’émeute éclate pour empêcher le départ aux frontières d’hommes tirés au sort pour renforcer les armées. Le mardi 21 août, l’insurrection prend de l’ampleur autour du château de Pugny. Des milliers de paysans se mettent en marche vers Châtillon (Mauléon) puis Bressuire, sous le commandement de Gabriel Baudry d’Asson, officier de petite noblesse de Brachain, commune de Saint Marsault. L’affaire va s’y terminer dans un bain de sang le vendredi 24 août et faire au moins 200 morts.

Le château de Pugny, lieu de rassemblement des révoltés, sera pillé et incendié ce même 24 août par des gardes nationaux de Pouzauges et La Chataigneraie venus au secours de Bressuire assiégée. Cette révolte dite de la « Saint Louis » est alors le plus grand mouvement d’opposition auquel ont dû faire face les autorités révolutionnaires. Elle est aussi considérée comme la première déflagration du terrible cataclysme des guerres de Vendée qui vont faire en trois ans de 150 à 200 000 victimes sur un territoire de 700 000 habitants.

L’auteur

Pierre Gréau (photo Courrier du l’ouest)

Le premier mérite de Pierre Gréau est de rendre accessible au grand public ces événements méconnus de l’histoire locale. Le style et la présentation de son ouvrage sont agréables et permettent la découverte par les non-initiés.

Son autre mérite est de mettre en avant des sources qui ont été jusque-là peu diffusées à savoir :

  • Les témoignages d’insurgés faits prisonniers recueillis par le tribunal criminel de Niort fin 1792.  Plusieurs de ces hommes sont de Pugny et relatent le rôle du château  comme lieu de rassemblement (Archives départementales 79 L2 supplément U6).
  • La liste des gardes nationaux du bocage vendéen et deux-sévrien qui nous rappelle que cette révolte est bien le début d’une guerre civile qui va voir s’entretuer des voisins et des parents (Archives des armées à Vincennes 13 B 170 et 16 YC 677).

Enfin le rôle important joué dans l’insurrection par les domestiques du château de Pugny est particulièrement souligné. Est également évoqué le drapeau de la révolte, probablement remis aux insurgés par Jean Clément Cendre, alors régisseur du domaine de Pugny.    

Nous ne pouvons donc que vous recommander la lecture du récit de Pierre Gréau. Nous le remercions vivement de sortir de l’oubli ces événements dramatiques qui ont abouti à la destruction de notre château de Pugny.

« Août 1792, les préludes aux guerres de Vendée » de Pierre Gréau

Editions « La chouette de Vendée » 20€

Pour commander le livre de Pierre Gréau :

https://www.la-chouette-de-vendee.fr/catalogue/item/148625/aout-1792-les-preludes-aux-guerres-de-vendee/