Le grognard de Moutiers sur Chantemerle

Laurent Delenne et son livre (photo Courrier de l’ouest).

Si un jour vous allez aux archives des Deux Sèvres, vous serez peut-être accueilli par Laurent Delenne. Vous allez alors côtoyer un personnage comme il y en a trop peu.
Responsable de la salle de lecture, il associe une bienveillance infinie pour le chercheur novice et une érudition époustouflante.

Un chef d’œuvre qui éclaire le destin des soldats deux-sévriens


Derrière cette façade qui attirera. certainement votre sympathie, il y a un passionné d’histoire qui n’avait jusqu’alors produit que quelques articles dans des revues spécialisées.
Mais après 14 ans de gestation, Laurent vient de publier un chef d’œuvre qui éclaire le destin des soldats deux-sévriens incorporés dans la grande armée de Napoléon. Les guerres du 1er empire en ont dispersé plus de 15000 dans toute l’Europe, de l’Espagne à la Russie, pour accomplir les rêves de gloire et les caprices politiques de l’empereur.

On découvre une suite de destins touchants dont trop ont été brisés par les maladies, les marches épuisantes et les combats. Se révèle également un univers administratif absurde et tatillon.
Toute absence longue pour maladie pouvait entrainer une déclaration de désertion qui pourrissait la vie des parents et des proches : harcèlement des autorités, amendes, hébergement forcé de soldats…  Les fonctionnaires impériaux, pour dissuader les désertions,  utilisaient les mêmes brimades que Louis XIV  infligeait aux protestants pour les faire abjurer.

Peinture de Claude Gautherot que l’on retrouve dans le livre édité par Copernic.
Napoléon et la Russie , les années victorieuses (1805-1807).

La paranoïa des autorités à propos des « présumées désertions » a permis la conservation de centaines de lettres remises par les familles comme justificatifs de présence aux armées. Cette injustice a fourni à Laurent Delenne la matière première de ses recherches pour exhumer de l’oubli 110 grognards.

Des guerres Napoléoniennes au château de Pugny


Un destin étonnant concerne indirectement Pugny. François Guignard 1 né en 1781 à Saint Paul en Gâtine.
Orphelin de mère à 8 ans, a vu son père tué pendant les guerres de Vendée. Début 1804, alors qu’il demeure à la Chapelle Saint Etienne, commune de sa famille maternelle. Il est incorporé dans l’armée au 79ème régiment de ligne.
Il participe et est blessé en octobre 1805 à la bataille navale de Trafalgar, au sud de l’Espagne. La flotte française y est détruite par les anglais.

Réformé en 1808, François Guignard est désigné en 1810 pour faire partie des 6000 soldats en retraite qui seront mariés en même temps que Napoléon, lors de son second mariage avec Marie Louise d’Autriche. Les jeunes mariés seront dotés de 600 francs, soit une année de salaire pour un ouvrier qualifié !

La bataille de Trafalgar le 21 octobre 1805 (Photo Wikipédia).

La bataille de Trafalgar le 21 octobre 1805 (Photo Wikipédia). François Guignard, blessé au bras gauche, était sur le vaisseau « L’Argonaute », qui a pu échapper au désastre et se réfugier dans le port de Cadix. L’Espagne était alors l’alliée des français.

La mariée, rosière choisie pour ses bonnes mœurs, est Catherine Boureau, née en 1783 à Pugny, « fille des feux Pierre Boureau, vivant garde au château de Pugny, et de Marie Anne Bailly » 2.
Son père était en fait prénommé Alexis et était issu d’une vieille famille de La Chapelle Saint Laurent. Il est mort au château de Noyers à Saint Paul en Pareds (Vendée) en 1794 3. Comme la plupart des domestiques du château de Pugny, il était probablement un soldat vendéen.

Un curieux et émouvant destin

Curieux destin de ce couple d’orphelins des guerres de Vendée, dont le mari a été blessé à Trafalgar et le mariage richement doté par Napoléon… Ils vécurent au bas bourg de Moutiers-sous-Chantemerle et eurent 5 enfants dont deux fois des jumeaux !

Bravo et merci à Laurent Delenne de nous avoir nous fait découvrir cette famille liée à notre  château et le destin de tous ces soldats oubliés.

J-P Poignant


1 Page 332 à 336, « Sur les routes d’Europe avec Napoléon : histoires de grognards », par Laurent Delenne, 2021.
2 AD79 Mariage Moncoutant 1803/1816, vue 103/216
3 Geneanet.org https://gw.geneanet.org/hrotulf


« Sur les routes d’Europe avec Napoléon : histoires de grognards », par Laurent Delenne, aux éditions du Centre vendéen de recherche historique (CVRH). 420 pages. 27 €.
En librairie ou sur https://www.histoire-vendee.com/