La croix de Madaoua emblème d’une famille royale du NIGER

Le mois dernier nous apposions sur la maison ROY, un tirant avec une croix de Madaoua en croix de chainage de façade.

Cette  croix de Madaoua est l’emblème de la famille Royale  de Madaoua d’où est issue la propriétaire actuelle.

Un peu de géographie et d’histoire.

Madaoua est un territoire situé au sud ouest du NIGER.

Créé officiellement en 1908, poste militaire en 1902 puis cercle en 1909, le canton Gobir Toudou de Madaoua, unique canton du département, s’étend sur une superficie de 4 856 km2 pour une population de plus de 544 215 habitants.

Le Gobir Toudou est composé de 346 villages administratifs essentiellement sédentaires. Cependant il faut signaler la cohabitation avec 4 groupements nomades composés de Touaregs et de Peuls. C’est le plus grand canton du Niger. Il est dirigé par un roi appelé en langage Haoussa “Sarkin”. Aujourd’hui le canton de Gobir Toudou de Madaoua est divisé en secteurs dirigés par des princes choisis par Sarkin Gobir lui–même.

La famille royale est descendante de la dynastie fondée par MASSALATCHI MIKO, puissant guerrier, au milieu du 19eme siècle. Son fils DILLE dan MASSALATCHI qui régna sur le Gobir Toudou de 1902 à 1918, fut certainement le plus puissant des souverains nigérien de l’époque. Comme le veut la tradition locale, il épousa plusieurs femmes et eu 63 enfants (30 fils et 33 filles)

L’actuelle propriétaire du château est une descendante directe de ce grand monarque .

Dillé est le fils de Sarkin MASSALATCHI et de RAHI, fille de Sarkin Gobir BARTO, 272eme roi du Gober descendant direct du Sultan BARTOUATOUA.

Dillé est cité dans les mémoires du général Henry GOURAUD (Zinder-Tchad. Souvenirs d’un Africain, 1944)

À la mort de Massalatchi Miko un conseil de sages éleva Dillé Massalatchi au rang de “Magagin Kiara” pour conduire les affaires de sa communauté. La tâche ne fut pas facile car les harcèlements et les intimidations ne cessèrent qu’à l’arrivée de la mission française conduite par le capitaine Gouraud.

Dans un premier temps les tentatives d’alliance avec les Touareg furent vaines, ce qui d’ailleurs coûta la vie à un messager de la mission tué par les Touareg. En 1901 le capitaine Gouraud sollicita Dillé Massaltchi pour se rallier à la mission afin de combattre l’ennemi commun. C’est suite à cette entente que la bataille de Galma eut lieu le , se soldant par la défaite des Touareg avec la mort de leur chef Ediguini. Sortis victorieux, les Français octroyèrent à Dillé Massalatchi d’importants butins et un arsenal de guerre dont le tambour de guerre dénommé “Mainassara” avec d’autres tambours utilisés circonstanciellement.

En fin de mission le capitaine Gouraud remit à Dillé 18 fusils et des munitions plus un témoignage de satisfaction. Dillé et les siens ainsi armés, continuèrent à sécuriser leur région. La paix retrouvée de part et d’autre des prisonniers furent libérés.

Dillé Massalatchi organisa l’administration de Gobir Toudou conformément à la tradition. Ainsi la cour royale du Gobir Toudou se composa de : Sarkin Gobir Toudou, Inna Sarkin Gobir Toudou, des sarakan karaga (Dan galadima, Magagi Gari, Waziri, Bounou, Magagi Rogo, Marafa, etc.) des notables, des dogareys, des zagaygays et des griots accompagnés de kakaki. Chaque corporation de la société Gobir Toudou fut représentée à la cour. Le sarkin Gobir Toudou possède encore des guerriers, des invulnérables, des chasseurs pour ne citer que ceux-là.

Le Gobir Toudou a un drapeau, un hymne et une devise.

 

L’actuel Sarkin gober toudou sortant de son palais

 

La croix de Madaoua apposée sur la maison ROY fait partie d’un ensemble de 21 croix représentatives de régions du NIGER. On voit souvent en France la croix d’Agadez, appelée également croix du sud, ville touristique de l’Air au nord du Pays

La croix de Madaoua
Les 21 croix du NIGER

 

 

admin Auteur