Histoire et pérégrination d’un linteau de granit

Le linteau de la fenêtre droite des cuisines donnant sur la cour intérieure avait disparu. On ne sait depuis quand. Il a  peut être  été vendu ou réemployé à la reconstruction de maisons dans le périmètre du château.

Afin de restaurer cette fenêtre nous avons du utiliser des pierres de réemploi . Le linteau a été remplacé en septembre 2019 par une pierre provenant de la démolition d’une maison à la loge de la Chapelle-Saint-Laurent (79) située à 8km du château de Pugny.

                       Stéphane et Gilles devant la fenêtre restaurée.

Ce linteau possède en son centre un blason avec la date 1630 sous un monogramme.

Notre ami Rémy BILLAUD de la Chapelle Saint-Laurent, nous donne l’historique de ce linteau

“”” Cette maison sise à la loge fut habitée Fin XIX ème, par Mr le Comte Henri-Julien Grimouärd de Saint-Laurent. Ce dernier était né le 11 Novembre 1814 à Vouvant en Vendée, et décéda le 9 Octobre 1885, à la Loge de La Chapelle-St-Laurent, sans postérité.

Le Comte était un personnage. Sa vie de travail et de bienfaisance lui valut le surnom de Saint Homme de Vendée.                                                    Il est l’auteur de plusieurs brochures politiques, d’articles Hagiographiques sur des matières d’art et d’Archéologie. On lui doit surtout des travaux sur l’Art Chrétien. Citons entre autres :

  • Guide de l’art chrétien, Poitiers  1872-1875, en 6 volumes
    in-8°, Vie de la vénérable Clothilde reine de France, reine de Sardaigne 1883 in-12°, Les Fleurs de la Sainte enfance, trois fleurs dominicaines à l’époque de la renaissance, 1879 in-12°, Les saints patrons de l’agriculture, les animaux modèles à l’école des Saints; Questions sur la Noblesse, Nantes 1860 in-8°
    Il reçut la Croix de Commandeur de l’Ordre de Pie IX le 14 Avril 1873.
    Il était l’époux de Marie-Louise Catherine-Renée Yolande de la
    Haye Monbault, marié depuis le 22 Juin 1842. Par le chef de sa femme il devint propriétaire du Château de la Chenulière de La Chapelle-St-Laurent. Mais à la mort de son épouse à l’Hermenault ( 85 ) le 12 Novembre 1885, un mois après lui, le
    château resta dans la Famille de La Haye Monbault.
    (par divers testaments et codicilles, elle institua pour ses légataires universels, ses deux petits neveux Jeanne-Marie-Caroline-Viviane-Renée-Yolande de La Haye-Monbault (née au Mans le 17 avril 1883) et René-Jean Baptiste-Hugues-Maurice de La Haye-Monbault (née au Mans le 19 juillet 1885) issus tous les deux du mariage du 27 avril 1882 du marquis Marie-Charles-Maurice de La Haye-Monbault (né à Nantes le 16 juillet 1852, sous lieutenant de réserve au 64éme régiment d’infanterie en 1884) et de Jeanne-Marie Cottreau, fille de Jean-Baptiste-Emile Cottreau et de Mathilde Cohin, décédée et veuve le 2 mars 1911.)
    Je ne sais pas la date de la venue du Comte Henri-Julien
    Grimouärd de Saint-Laurent dans cette petite maison de La Loge de La Chapelle-St-Laurent , ni les raisons qui l’amenèrent à se retirer là dans cette  petite Maison qui lui appartenait. Vivait-il séparément de son épouse dans cette période-là ? On peut
    le penser puisqu’elle est morte à l’Hermenault en Vendée un mois après lui. Il avait conservé quelques pierres des ruines du Château de la Chenulière pour les poser dans l’aménagement de sa nouvelle habitation.
    La photo suivante, que j’avais prise en  août 1988 (la famille Baujault y résidait à l’époque) de cette façade de la Maison de la Loge, vous fait découvrir le linteau en question et les
    fenêtres jumelles romanes.
    Maison de la Loge Façade Aout 1988
     Ces fenêtres romanes jumelles proviennent c’est sûr des ruines (en partie incendiées lors de la Guerre de Vendée) du Château de la Chenulière de La Chapelle-St-Laurent où l’on retrouve les mêmes sur le Donjon.
    Château de la Chenulière
    Maurice Poignat, dans son histoire de La Chapelle-St-Laurent,
    nous indique mentionnant la loge :
    “Cette maison fut la demeure de René François Foventier (Plutôt Fourestier), procureur du juge de la paroisse qui y mourût le 30 septembre 1764 et dont le notaire Jean Mignet et son beau père, René Dieumegard son beau frère et Jean Mignet son neveu vinrent déclarer le décès”
    Mais qui pouvait être là en 1630 et avoir ces initiales correspondant au Blason ? Nous ne savons pas.
    L’écusson du linteau lui, ne semblerait pas provenir du Château de la Chenulière. La lettre ” G ” pourrait invoquer le nom de la famille Goulard mais la date de 1630 ne semblent pas correspondre à la famille Goulard. Henri Goulard, du chef de son épouse ne fut propriétaire des lieux que par son mariage en 1633 avec Marguerite Esteau , Veuve le 16 Août 1632 de René Mothais propriétaire lui du Château de la Chenulière. Le ” S ” ne correspond pas à un prénom, non plus dans cette famille.
    Pouvons-nous en déduire que cet écusson est d’origine sur la
    Maison de la Loge ? Non . Nous pouvons simplement affirmer qu’il s’agit d’une très vieille Maison qui est portée sur le cadastre Napoléonien de 1811 de La Chapelle-St-Laurent. La relation de Maurice Poignat en est une preuve supplémentaire

    Dernière hypothèse: ce linteau provient bien du château de la Chenulière : Au XVI ème siècle, ce fief appartenait à la famille Mothays. C’est un nom que l’on retrouve dans d’autres fiefs de la Vicomté de Thouars.

    Au-dessus du grand portail d’entrée, on lit cette inscription ” J. Mothais 1588 ”. Au-dessous est gravé le Blason familial, sur lequel on peut voir une fasce et trois macles posés 2 et 1. Tandis que sur le fronton de la porte piétonne qui touche, on lit les mots : R. Beri et les Armes de cette famille : d’Azur au chevron d’or accompagné de trois croissants montants d’argent. Le monogramme pourrait être celui de la famille Beri.””

    Quoi qu’il en soit ce linteau a aujourd’hui trouvé une place dans la cour du château de Pugny sur une des fenêtres des anciennes cuisines renaissance.

    Un très grand merci à Remy BILLAUD pour son extraordinaire connaissance historique du secteur et sa gentillesse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XVI ème siècle, ce fief de la Chenulière appartenait à la famille Mothays. C’est un nom que l’on retrouve dans d’autres fiefs de la Vicomté de Thouars.

Au-dessus du grand portail d’entrée, on lit cette inscription ” J. Mothais 1588 ”. Au-dessous est gravé le Blason familial, sur lequel on peut voir une fasce et trois macles posés 2 et 1. Tandis que sur le fronton de la porte piétonne qui touche, on lit les mots : R. Beri et les Armes de cette famille : d’Azur au chevron d’or accompagné de trois croissants montants d’argent.

 

admin Auteur