Chanteloup, août 1944 : la résistance attaque un train allemand

Samedi 13 juillet à 10 heures, sera inaugurée aux Roches Guitton, sur la commune de Chanteloup, une stèle qui marquera le souvenir d’une attaque à l’explosif de la résistance contre un train de matériel allemand le 22 août 1944. Cette occasion nous permet de faire connaitre cet événement de l’histoire locale.

Août 1944. Notre bocage bressuirais vit l’occupation allemande depuis plus de 4 ans.  Depuis le débarquement des alliés le 6 juin en Normandie, l’espoir est grand d’une libération proche. Mais il faut attendre début août pour que les américains percent le front allemand à Avranches, ce qui va permettre la libération en 3 semaines de l’ouest de la France et de Paris.

Les armées allemandes de l’ouest se replient alors vers le nord-est pour contenir la percée des alliés. Le 13 août 1944, le général français Koenig, commandant en chef de la résistance, ordonne par radio aux maquisards deux-sèvriens de bloquer au maximum la circulation des troupes allemandes sur les routes et voies de chemin de fer pour ralentir leur retraite .

C’est pourquoi vers 15 heures,  le mardi 22 août 1944 au passage à niveau des Roches Guitton de Chanteloup, un train de matériel lourd allemand du génie est attaqué à l’explosif par les résistants. Deux wagons déraillent, 2 soldats allemands sont blessés dont un mortellement. Le convoi est immobilisé pendant 24 heures.

L’article paru dans la Nouvelle République le 28 juin dernier et un article rédigé en 2016 par Monsieur Michel Hay, passionné d’histoire de Boismé, vous permettront de découvrir les détails de cette attaque.

Merci aux amis Pascal Tonnerre, Francis Bodin, Rémy Billaud et Pascal Paineau qui m’ont fournit de précieuses informations dont notamment le texte  publié en 2017 par M. Lenne dans le numéro 77 de la revue « Histoire et Patrimoine du Bressuirais ».

J-P Poignant

Déraillement train de Chanteloup