Découverte d’une meule à grains

Lors de la démolition des appentis perpendiculaires à la maison Roy, Franck Morin de l’entreprise SAS/TPF, mécène de l’A.C.P, a découvert une meule à grains

Les dimensions de cette meule sont : 70 cm de diamètre avec un entraxe de 10 et 8 cm de largeur.

Nous pensons que cette meule provient de l’ancien petit moulin à eau du château. Nous avions consacré un article à ce moulin en janvier dernier:

LE MOULIN À EAU DU CHÂTEAU

Rémy Billaud, membre de l’ A.C.P, qui a une excellente connaissance des moulins nous a expliqué le fonctionnement de ces meules:

«  »Au cœur du dispositif des moulins à farine, les meules étaient les éléments les plus onéreux du moulin. Deux meules servaient à la
mouture : une meule tournante sur une meule dormante. Autrefois entièrement composées de granite (en Bretagne), elle nécessitait
beaucoup de dextérité et des outils de levage pour l’installation dans le moulin. Afin d’assurer une bonne mouture les meules étaient  rayées de traits réguliers appelés rayonnages.
Afin de compenser l’usure de ces traits et pour assurer une bonne mouture, les meules étaient régulièrement repiquées ou rhabillées à l’aide d’un marteau spécial (marteau à rhabiller). Les éclats de silex laissaient des cicatrices sur les mains des rhabilleurs. Un coffre en bois, octogonal, entourait la paire de meules. Ce coffre aux meules appelé
aussi « archures » servait à recueillir la farine expulsée par la force centrifuge. Un petit balai de cuir (à l’origine en genêt) se déplaçant avec la meule tournante, évacuait la farine vers la trémie d’échappement. Autrefois le meunier exerçait un droit de mouture. Cela consistait à prélever une partie de la mouture en guise de paiement. La
réputation de voleur du meunier était certainement liée à ce droit, car même si le meunier ne pouvait fixer seul son droit de mouture (fixé de 1/16ème à 1/32ème), il se gardait tout de même une part  supplémentaire. » » »

Marie-jo BOISSONNEAU nous a prêté un ouvrage de référence sur les moulins:

Les moulins de l’ouest , moulins des collines, des rivières et de l’océan, écrit par Charles Homualk de Lille, aux éditions vieux chouan

Les moulins de l’Ouest