L’énigme des seigneurs de Pugny à Airvault

Depuis le début de mes recherches sur les différents propriétaires du château , j’ai rencontré des seigneurs de Pugny qui n’avaient aucun lien avec Pugny ou son château. En fait ces seigneurs dit « de Pugny » semblaient résider à Airvault (entre Parthenay et Thouars).

En lisant l’ouvrage Recherches sur Airvau, son château et son abbaye / par M. H. Beauchet-Filleau, j’ai réalisé que pendant près d’un siècle un hôtel noble (Pouvant être assimilé à un hôtel particulier, un hôtel noble est un logis occupé par un noble « ou qui s’en donne l’allure » . Cette expression dès le moyen age est utilisée en ville comme en campagne) sis au chef lieu du marquisat d’Airvau était propriété des seigneurs de Pugny , la famille APPELVOISIN.

L’hôtel noble ne fut plus propriété des seigneurs de Pugny dès 1480 mais ses propriétaires suivant gardèrent le titre de seigneurs de Pugny jusqu’au moins en 1743.

Voici ce qu’en dit M. H. Beauchet-Filleau, page 89 de son ouvrage :

«  » »XXXI : PUGNY (Hôtel noble de )

La juridiction de cette seigneurie s’étendait sur les paroisses d’Airvau, d’Availles et de Soulièvres. Cet hôtel noble appartint environ un siècle aux APPELVOISIN, dans la famille desquels il était entré vers 1370, par le mariage de Jean avec héliotte de COLOIGNE, fille et unique héritière de Geoffroy, alias Hugues de COLOIGNE, seigneur de Pugny, et elle en sortit en 1480, par le mariage d’Anne d’APPELVOISIN avec Léon de Sainte-Maure, des seigneurs de MONTAUZIER.

En 1545 Geoffroy de NUCHEZE, en était seigneur, et composait le 14 septembre, avec le baron d’Airvau pour le rachat de son fief. Puis , après une lacune de près d’un siècle, nous le voyons en 1630, entre les mains de Louis SOCHET, écuyer, seigneur de Villebouin; et enfin, en 1743 François-Henri de LOMERON, écuyer, se dit seigneur de Pugny, comme fils et héritier de feu Louis de LOMERON,chevalier, qui l’avait possédé comme époux de Marie SOCHET, fille de feu Julien SOCHET, chevalier, seigneur de Villebouin.

Nous ferons remarqué qu’il y avait deux fiefs du nom de Pugny, l’un desquels était situé paroisse de Pugny, et l’autre dit Pugny en Airvau, consistait probablement en un hôtel noble, sis au chef lieu du marquisat. Après avoir été réunis dans une même main pendant de longues années, ils furent séparés par vente ou autrement. La terre de Pugny resta aux Sainte-Maure et elle relevait de Thouars. Nous avons vu quels furent les seigneurs de l’hôtel noble. «  » »

Malgré les recherches entreprises par Christian BOCHE sur Airvault , nous n’avons pas retrouvé à ce jour, de trace physique de cet hôtel noble ou des seigneurs de Pugny en Airvau.