L’énigme des seigneurs de Pugny à Airvault

Depuis le début de mes recherches sur les différents propriétaires du château , j’ai rencontré des seigneurs de Pugny qui n’avaient aucun lien avec Pugny ou son château. En fait ces seigneurs dit « de Pugny » semblaient résider à Airvault (entre Parthenay et Thouars).

En lisant l’ouvrage Recherches sur Airvau, son château et son abbaye / par M. H. Beauchet-Filleau, j’ai réalisé que pendant près d’un siècle un hôtel noble (Pouvant être assimilé à un hôtel particulier, un hôtel noble est un logis occupé par un noble « ou qui s’en donne l’allure » . Cette expression dès le moyen age est utilisée en ville comme en campagne) sis au chef lieu du marquisat d’Airvau était propriété des seigneurs de Pugny , la famille APPELVOISIN.

L’hôtel noble ne fut plus propriété des seigneurs de Pugny dès 1480 mais ses propriétaires suivant gardèrent le titre de seigneurs de Pugny jusqu’au moins en 1743.

Voici ce qu’en dit M. H. Beauchet-Filleau, page 89 de son ouvrage :

«  » »XXXI : PUGNY (Hôtel noble de )

La juridiction de cette seigneurie s’étendait sur les paroisses d’Airvau, d’Availles et de Soulièvres. Cet hôtel noble appartint environ un siècle aux APPELVOISIN, dans la famille desquels il était entré vers 1370, par le mariage de Jean avec héliotte de COLOIGNE, fille et unique héritière de Geoffroy, alias Hugues de COLOIGNE, seigneur de Pugny, et elle en sortit en 1480, par le mariage d’Anne d’APPELVOISIN avec Léon de Sainte-Maure, des seigneurs de MONTAUZIER.

En 1545 Geoffroy de NUCHEZE, en était seigneur, et composait le 14 septembre, avec le baron d’Airvau pour le rachat de son fief. Puis , après une lacune de près d’un siècle, nous le voyons en 1630, entre les mains de Louis SOCHET, écuyer, seigneur de Villebouin; et enfin, en 1743 François-Henri de LOMERON, écuyer, se dit seigneur de Pugny, comme fils et héritier de feu Louis de LOMERON,chevalier, qui l’avait possédé comme époux de Marie SOCHET, fille de feu Julien SOCHET, chevalier, seigneur de Villebouin.

Nous ferons remarqué qu’il y avait deux fiefs du nom de Pugny, l’un desquels était situé paroisse de Pugny, et l’autre dit Pugny en Airvau, consistait probablement en un hôtel noble, sis au chef lieu du marquisat. Après avoir été réunis dans une même main pendant de longues années, ils furent séparés par vente ou autrement. La terre de Pugny resta aux Sainte-Maure et elle relevait de Thouars. Nous avons vu quels furent les seigneurs de l’hôtel noble. «  » »

Malgré les recherches entreprises par Christian BOCHE sur Airvault , nous n’avons pas retrouvé à ce jour, de trace physique de cet hôtel noble ou des seigneurs de Pugny en Airvau.

Quelques informations sur Joseph-Antoine Marché-Duvignaud

Ce mois ci nous publions les travaux de Christian BOCHE sur Joseph-Antoine Marché-Duvignaud, l’acquéreur du château de Pugny lors de la vente des biens nationaux le 5 avril 1798.

Le même Marché-Duvignaud sera nommé maire de pugny et exercera ces fonctions entre 1801 et 1803.

«  » »Après une visite aux Archives Départementales avec Aminatou et Eric Bonneau où Eric a découvert que l’acheteur du château et d’une partie des terres de Pugny ayant appartenu à la famille de Mauroy et vendu comme biens nationaux à la révolution s’appelait Marché-Duvignaud domicilié à Mauzé.

Après avoir cherché dans les actes paroissiaux de Mauzé-Thouarsais (à cause de la relative proximité avec Pugny) sans résultat, la recherche s’est orientée vers Mauzé sur le Mignon sans plus de résultat.

Etant donné le montant des achats de Joseph-Antoine Marché-Duvignaud, nous avons d’abord pensé à de riches marchands, la recherche s’est orientée vers Niort où la découverte d’un acte de décès à la guerre d’Ambroise Duvignaux, le propre fils de J-A. Marché-Duvignaud où on arrivait à déchiffrer l’adresse de naissance à Mauzé, ce ne pouvait être que Mauzé sur le Mignon. Les Marché-Duvignaud (ou Duvigneau) étaient des marchands bouchers originaires de la Mothe St Héray.

Le sieur Marché-Duvigneau, marchand, bourgeois, cultivateur suivant les actes étant en fait le fils de Joseph, marchand gantier et de Marie-Elisabeth Bourdon issue d’une famille où figurent bon nombre de notaires et autres marchands. Son beau-père Sinteray (ou Saintray) était marchand à St Jean de Monts lors du mariage de sa fille.

Maurice Poignat dans une de ses publications (Le pays thouarsais) mentionne « Le citoyen Duvignaud, de Mauzé-Thouarsais, avait profité de la mise en vente de biens nationaux sur la commune de Rigné pour s’enrichir à bon compte… ».  Ayant reçu des menaces, il serait allé en informer la maréchaussée.

Comme nous, M. Poignat avait lu Mauzé et avait pensé Mauzé-Thouarsais qui jouxte Rigné.

Il peut être possible qu’il y ait eu d’autres achats de biens nationaux réalisés par J-A. Marché-Duvigneau adossé à la famille Bourdon dont nous tentons de rechercher la descendance.

Famille et relations de Joseph-Antoine Marché-Duvigneau
Bourdon Pierre Antoine épx Godineau Marie : Notaire royal Procureur à Benon
Pillot Jacob épx Bourdon Marie Elisabeth : Notaire à Benon
Bonneau Jean-Gabriel épx Bourdon Louise : Conseiller du roy – Rapporteur du point d’honneur
Bourdon Louis épx Poussard Jeanne : Notaire royal – Maire de la Chapelle Seguin
Bourdon Pierre-Benjamin épx Marché-Duvigneau Elisabeth : Notaire royal – Contrôleur des actes à Mauzé/Mignon
Bourdon Louis-François épx Siméon de la Barre M. Rose : Notaire à la Chapelle Seguin et maire adjoint
Dupouet Pierre épx Bourdon Françoise : Notaire – Maire de Mouilleron en Pareds
Ecot Joseph parrain de Bourdon Joseph Marie : Notaire à Secondigny
Gaudineau Pierre parrain de Bourdon Pierre Antoine : Notaire – Procureur au comté de Benon
Simonot Henry beau-père de Bourdon Pierre Benjamin : Notaire – Contrôleur des actes à Mauzé/Mignon
Daniel Pontardant beau-père de Bourdon Jean : Notaire – Procureur à Benon
Fraigneau Pierre témoin au mariage de Bourdon Elisabeth et Bonneau J-Gabriel : Notaire
Savoyau Jacques Louis témoin au mariage de Bourdon Elisabeth et Bonneau J-Gabriel : Trésorier de France au bureau des Finances à Poitiers
Martin François Alexis : Orfèvre – Agent de change – Courtier en marchandises
Bourdon Jean épx Pontardant Elisabeth : Chirurgien
Bourdon Louis-Jean épx Tonnet Marie : Médecin
Bourdon Daniel épx Sapin Marie : Marchand
Bourdon Antoine épx Burjeau Jeanne : Marchand
Bourdon Louis épx Rouzeau Louise : Marchand
Rousseau Jean épx Bourdon Marie : Marchand
Bourdon Louis épx Roulleau Louise : Marchand
Marché-Duvigneau Joseph épx Bourdon M-Elisabeth : Marchand gantier
Bernard Jacques épx Bourdon Louise : Marchand
Bernard François beau-père de Bourdon Louise : Marchand
Marché-Duvigneau Joseph épx Saintray Ursule : Marchand – Bourgeois – Cultivateur
Saintray Louis beau-père de Marché-Duvigneau Joseph : Marchand à St Jean de Monts
Rousseau Jean épx Bourdon Marie : Marchand
Rousseau Pierre-Henry père de Jean : Marchand
Marcollay Louis épx Bourdon Louise : Propriétaire
Marcollay Pierre Jacques père de Louis : Propriétaire

Merci à Christian pour sa pugnacité qui nous a permis d’en savoir un peu plus sur le premier acquéreur non noble du château.