Faire part de décès du dernier marquis de Pugny

Le dernier marquis de Pugny,  Denis-Jean De Mauroy, après avoir émigré à la révolution, est finalement revenu en France. Il est décédé à l’âge de 80 ans en son hôtel parisien sis 158, rue du Faubourg Saint Martin

Le service funéraire et l’enterrement ont eu lieu le 9 janvier 1818 à 11 heures du matin en sa paroisse l’église Saint Laurent

Église Saint-Laurent avant sa modification en 1861

 

Un exemplaire du Faire part de décès :

Faire part De Mauroy

Histoire d’une carte postale de PUGNY

Parmi les cartes postales anciennes de Pugny que vous pouvez retrouver sur le site sous l’onglet « Galerie Photo », il y en a une qui représente une foule impressionnante ayant pour légende :

 » réunion de la jeunesse catholique à PUGNY , canton Moncoutant, dans le bocage vendéen »

Pugny – réunion de la jeunesse catholique dans le bocage vendéen

 

On trouve dans la revue Annales de la jeunesse catholique : organe de l’Association du 01 mai 1906, un article se rapportant à cet évènement

Vente des biens nationaux régionaux ayant appartenu au marquis De MAUROY (4éme partie)

Cette quatrième et dernière partie concerne l’inventaire des biens régionaux ayant appartenu au marquis De Mauroy et vendus comme biens nationaux situés sur la Commune de La  Réjasse ( aujourd’hui Largeasse) en date du 24 Germinal an 6 (13 avril 1798) .

1/ Affiche 31, vente N° 612 au profit du citoyen PUICHAUD GIRARD  :

« La métairie de Chateauneuf située commune de La réjasse , provenant de mauroy, émigré, et consistante en bâtiments en partie incendiés, jardin et ouches, contenant quatre  boisselées;  quatre vingt quinze boisselées de terre labourable, neuf en pâtis , un bois taillis de vingt boisselées et vingt sept journaux de prés, dont dix en une seule pièce  estimé en capital onze mille  six cent  francs (11 600 fr), dont la première offre est de huit mille sept cent  francs (8 700 fr). »

2/ Affiche 31, vente N° 613 au profit de Cottanceau Brillault  :

« La petite métairie de Chateauneuf, appelée la foucaudière, située commune de La réjasse , provenant de mauroy, émigré, et composée de bâtiments en partie incendiés, airaux et jardins , contenant environ deux  boisselées;  quatre vingt sept boisselées de terre labourable, sept en pâtis , dix sept journaux de prés, dont douze en une  pièce, le tout  estimé en capital six mille sept cent soixante francs (6 760 fr), dont la première offre est de cinq mille soixante dix  francs (5 070 fr). »

3/ Affiche 31, vente N° 614 au profit du citoyen PUICHAUD GIRARD  :

« La petite borderie de Chateauneuf, située commune de La réjasse , provenant de mauroy, émigré, et consistant la maison brulée ainsi que les écuries , le jardin d’une demie  boisselée;  onze boisselées de terre labourable, et deux journaux de prés estimée en capital  sept cent quatre vingt francs (780 fr), dont la première offre est de cinq cent quatre vingt  francs (580 fr). »

4/ Affiche 31, vente N° 615 au profit du citoyen PUICHAUD GIRARD  :

« Sept pièces de terre labourable de la contenance ensemble de vingt trois boisselées, et un pré de quatre journaux qui dépendaient autrefois du moulin de Chateauneuf situé commune de La Réjasse et provenant de mauroy, émigré , le tout estimée en capital  deux mille trois cent  francs (2 300 fr), dont la première offre est de dix sept cent  vingt cinq  francs (1 725 fr). »

5/ Affiche 28, vente N° 532 au profit du citoyen Pierre JOUFFRAULT  :

« La métairie de le Bourière, sise commune de La Réjasse et provenant de mauroy, émigré, consistante en maison et autres bâtiments de la contenance de six boisselées avec les aire et airaux Quatre vingt cinq boisselées de terre labourable, quarante en pâtis et seize journaux de prés estimée en capital  Dix mille quatre cent  francs (10 400 fr), dont la première offre est de sept mille huit cent   francs (7 800 fr). »

6/ Affiche 31, vente N° 607 au profit du citoyen PUICHAUD GIRARD  :

« Le moulin de la Sapinaudière situé commune de La Réjasse , et provenant de mauroy, émigré,  consistant en bâtiments d’habitation, usine, étable écurie, airaux et jardin contenant le tout une  boisselée, plus cinq boisselées de terre labourable, et huit journaux de prés qui dépendent dudit moulin,  estimé en capital deux mille  cinq cent quatre vingt francs (2 580 fr), dont la première offre est de dix neuf cent trente cinq francs (1 935 fr). »

7/ Affiche 31, vente N° 608 au profit des citoyens Benoist et Marcollay  :

« La  métairie des ouches située commune de La Réjasse , et provenant de mauroy, émigré,  composée de bâtiments en partie incendiés, cour, airaux et jardins, le tout de la  contenance de deux  boisselées;  cent soixante boisselées de terre labourable, vingt et une en pâtis, et vingt  journaux de prés,  estimé en capital neuf mille quatre cent  francs (9 400 fr), dont la première offre est de sept mille cinquante  francs (7 050 fr). »

8/ Affiche 31, vente N° 609 au profit du citoyen Pierre JOUFFRAULT  :

« La  borderie de la limousinière située commune de La Réjasse ,  provenant de mauroy, émigré, et consistante en maison, toits, cour, et jardins,  de la  contenance ensemble  de deux  boisselées;  trente six boisselées de terre labourable, cinq journaux de prés, un bois futaie de cinq arpents et une boisselée de bois taillis estimé en capital y compris les arbres futayes six mille six cent vingt  francs (6 620 fr), dont la première offre est de quatre mille neuf cent soixante cinq  francs (4 965 fr). »

9/ Affiche 31, vente N° 610 au profit du citoyen Cottanceau Brillault:

« La  borderie de la grolière située commune de La Réjasse ,  provenant de mauroy, émigré,  consistant en maison, étable et un jardin,   de deux  boisselées;  trente neuf boisselées de terre labourable, et sept journaux de prés, le tout estimé en capital  deux mille six cent  francs (2 600 fr), dont la première offre est de dix neuf neuf cent cinquante  francs (1 950 fr). »

10/ Affiche 31, vente N° 611 au profit des citoyens Jacob, Lavergne et Mouchard:

« Une pièce de terre située commune de La Réjasse ,  provenant de mauroy, émigré,  contenant quarante cinq arpents plantés en bois futayes, dont les arbres sont superbes et forment l’un des plus beaux morceaux en ce genre, estimé en capital,  en fonds et superficie, trente six mille  francs (36 000 fr), sera la première offre de vingt sept mille  francs (27 000 fr). »

Vente des biens nationaux ayant appartenu au marquis De MAUROY (3éme partie)

Cette troisième partie concerne l’inventaire des biens ayant appartenu au marquis De Mauroy et vendus comme biens nationaux situés sur la Commune de la Chapelle Saint-Laurent en date du 22 vendémiaire an 6 (13 octobre 1797) .

1/ Affiche 16, vente N° 182 au profit du citoyen Alexis BRILLAULT  :

« Une borderie sise au Rochais  commune de  La Chapelle Saint-Laurent, provenant de mauroy, émigré, et consistante en maison, toits, écurie et jardin. Contenant le tout trois  boisselées. Plus quarante boisselées de terres labourables ou environ, et cinq journaux de prés. Le dit domaine estimé en capital la somme de trois mille  quatre cent quarante francs (3 440 fr), dont la première offre est de deux mille cinq cent quatre vingt francs (2 580 fr). »

2/ Affiche 28, vente N° 133 au profit du citoyen PROUST  :

« la métairie des rataudières, située commune de la Chapelle-Saint-Laurent, et provenant de Mauroi, émigré, consistante en bâtiments d’habitation et autres cour, airaux, jardin et ouches. 2/ cent vingt boisselées de terres  labourables, vingt et une en pâtis et vingt deux journaux de près qui dépendent de la dite métairie, estimée en capital neuf mille francs dont la première offre est de six mille sept cent cinquante francs (6 750 fr); »

le château et les publications locales (part 4)

Le château apparait également dans un magnifique ouvrage publié par « Association Promotion Patrimoine » intitulé :

CHÂTEAUX, MANOIRS ET LOGIS : LES DEUX SÈVRES

Châteaux , Manoirs et Logis
Châteaux , Manoirs et Logis

Dans la partie « le bocage, canton de Moncoutant » on trouve un article signé PP qui relate :

«  » » Il ne reste que des vestiges du château. Installé depuis le Haut Moyen Âge sur un escarpement, il se présente sous la forme d’un rectangle atteignant les 100 mètres dans sa partie la plus longue.

Aux 4 extrémités des murailles s’élevaient autrefois d’imposantes tours qui ont toutes été rasées. L’une d’elle appelée « la tour de la boulangerie » renfermait plusieurs fours. Elle était munie d’un passage voûté sous lequel passait le chemin menant aux métairies voisines. A l’autre extrémité de la muraille, on pouvait admirer jusqu’à sa démolition en 1953, l’imposant donjon de 5 étages. Sur le côté le plus long, entre deux petites tours, dont l’une a également disparu, s’ouvrent un grand portail et une porte piétonnière qui donnent sur la cour du château.

Une pierre sculptée aux armoiries des De Sainte-maure, datée 1557, surmontant le porche, et une autre pierre provenant des cuisines, avec les mêmes armoiries et la même date, prouvent que Guy de Sainte-maure, seigneur du lieu en cette seconde moitié du XVI° siècle, a entrepris alors de grosses restaurations du château médiéval.

Face à l’entrée, l’habitation principale, longue d’environ 60 mètres, est à l’état de vestiges, seule une partie des caves et l’ancienne cuisine est encore visible. A gauche en entrant, entre la tour de la boulangerie et le donjon, se dressent les écuries qui pouvaient abriter 40 chevaux. De l’autre côté de la cour, en face, se trouvent les bâtiments ou logeaient les domestiques.

Les seigneurs de Pugny sont bien connus: vers la fin du XIII° siècle ce sont les Coloigne qui possèdent la seigneurie. Cent ans plus tard, Geoffroy de Coloigne, n’ayant pas d’héritier, le domaine passe à son beau-frère Guillaume d’Appelvoisin. Ses descendants garderont le château jusqu’aux environs de 1500, époque à laquelle il échoit à Léon de Sainte-Maure, baron de Montausier. Le dernier Sainte-Maure a posséder l’édifice fut Charles, gouverneur de Louis XIV.

En 1694, la seigneurie passe aux Le Tellier de Louvois et, en 1716, aux de Crussol d’Uzès. En 1731, elle est vendue à François-Denis de Mauroy. Son fils ainé, Jean-Denis, mort en 1818, sera le dernier seigneur de Pugny. Il émigrera lors de la révolution et le château, incendié par les républicains en Août 1792, sera vendu comme bien national. » » »

Une photographie illustre cet article:

l'entrée du château
l’entrée du château

 

A vos agendas

Cet été la municipalité de PUGNY organise un  grand spectacle culturel de  qualité dans l’enceinte du château.

En effet  le Samedi 26 août 2017 en nocturne, la compagnie Jacques Cartier présentera son spectacle : CARTOUCHE.

Cette comédie musicale dont les paroles et la musique sont de Serge BOULORE réunira 26 acteurs et danseurs entourés d’un orchestre d’une trentaine de musiciens et d’un chœur d’une trentaine de chanteurs.

Ce spectacle a déjà fait l’objet de nombreuses représentations et a déjà séduit plusieurs milliers de personnes.

Le château apportera un décor naturel et une excellente acoustique pour cette soirée  prometteuse en émotions.

spectacle cartouche
spectacle cartouche

Vous pouvez d’ors et déjà retrouver les images des spectacles précédemment donnés sur le site de la compagnie Jacques Cartier : http://jcartier79.wixsite.com/cartouche

 

États de consistance des biens des émigrés situés dans l’étendue du district de Bressuire

Les archives du département des Deux-Sèvres détiennent le registre des États de consistance des biens des émigrés situés dans l’étendue du district de Bressuire.

Ces états datent du milieu des années 1790 et permettront de faciliter la vente aux enchères de ces biens annexés en « biens nationaux ».

L’étude de ce registre nous donne une idée du patrimoine que possédait le marquis de Mauroy sur le district de Bressuire:

 

État récapitulatif des biens
État récapitulatif des biens

Les parties inférieures du château

Certaines parties du château ne pouvant être ouvertes au public pour des raisons de sécurité ou d’accessibilité nous en ferons une visite virtuelle.

Nous nous intéresserons aujourd’hui à une  cave située au niveau -2 du bâtiment principal.

Cette  cave d’une vingtaine de mètres carrés est entièrement maçonnée en blocs de granit gris.

Elle date vraisemblablement des fondations du château à la fin du 15eme siècle et se trouve à l’extrémité gauche du bâtiment principal d’habitation. Son accès se fait par le sous sol.

Après avoir franchi une porte cintrée et un palier de 2 mètres de long, un escalier de11 marches nous fait descendre vers la pièce principale.

Escalier de 11 marches.
Escalier de 11 marches.

La pièce principale  fait 8,30 mètres de long par 2,60 mètres de large. Sa forme voutée confère à la pièce une hauteur de 1,45 mètre sur les côtés et 2,30 mètres en son centre.

Pièce principale.
Pièce principale.

En entrant dans la pièce à gauche on distingue dans le mur, une niche carrée de 90cm de côté.

Niche
Niche

Le fond de la pièce est fermé par un mur en pierre de taille.

Fond de salle
Fond de salle

On distingue  2 orifices permettant la circulation d’air, le premier en bas et le second en haut du mur.

Ventilation haute
Ventilation haute