la vente du château en 1798

Suite à l’émigration de la famille DE MAUROY, l’ensemble de leurs biens furent déclarés « biens nationaux » et furent vendus par lots aux enchères en 1798.

L’ensemble des procès verbaux de première enchère et adjudication définitive de domaines nationaux est conservé aux archives départementales des deux sèvres à NIORT, classé Q68.

L’ensemble des biens de la famille DE MAUROY ayant été partagé en divers lots, nous évoquerons le lot comprenant le château.

Ce procès verbal à en-tête du département des deux sèvres, canton de la Chapelle Saint Laurent, affiche N° 28, vente N° 526 concerne:

«  » »Le château et borderie de Pugny, situé commune du dit lieu, et provenant de mauroy, émigré consistant en différents bâtiments, cour et jardin, quatre vingt une boisselées de terre labourable, cinquante trois en pâtis, trois cent boisselées de bois, futayes et taillis, un bel et vaste étang, et vingt huit journaux de prés qui dépendent du dit domaine, estimé au capital avec les arbres futayes, quarante et un mille deux cent francs, dont la première offre est de trente mille neuf cent francs » » »

Des dispositions particulières étaient inscrites:

«  » »Sera tenu l’acquéreur, d’entretenir la chaussée et l’étang de Courberive sans pouvoir en changer la nature pour ne pas nuire au moulin de Courberive, auquel l’eau du dit étang est nécessaire. Le propriétaire du moulin de Courberive pourra faire pacager sur les bords du dit étang du côté gauche, suivant l’usage. » » »

Une première vente sur ces bases a lieu le 4 germinal an 6 (24 mars 1798) sous la forme de 3 feux allumés consécutivement, mais aucune offre n’est proposée.

Le 16 germinal an 6 (5 avril 1798) une seconde vente a lieu sous la forme de 4 feux allumés consécutivement:

lors du premier feu le citoyen BLANCHARD offre 100 000 francs, le citoyen ROBIN offre 200 000 francs puis le citoyen CHRETIEN offre 400 000 francs

lors du second feu: le citoyen BAZIERE offre 500 000 francs, le citoyen BLANCHARD 600 000 francs puis le citoyen ROBIN 650 000 francs

Lors du troisième feu BLANCHARD offre 700 000 francs, ROBIN 740 000 francs, CHRETIEN 780 000 francs, BLANCHARD 800 000 francs, BAZIN 810 000 francs et BLANCHARD 811 000 francs.

Il a été allumé un quatrième feu lequel s’est éteint sans qu’il ait été fait aucune enchère. L’administration a adjugé au citoyen Thomas BLANCHARD, demeurant à NIORT, lequel à déclaré acquérir pour le citoyen marché Duvignaud demeurant à Mauzé.

Procès verbal signé à la minute par T. Blanchard pour acceptation Duvigneau marché.