Vente des biens nationaux ayant appartenu au marquis De MAUROY (2éme partie)

Cette seconde partie concerne l’inventaire des biens ayant appartenu au marquis De Mauroy et vendus comme biens nationaux situés sur la Commune de Pugny ,acquis par des acheteurs autres que Marché DUVIGNAUD..

1/ Affiche 28, vente N° 527 au profit des citoyens COTTANCEAU et ROY  :

« La métairie de la Gaudinnerie située commune de  Pugny et provenant de mauroy, émigré, consistante en bâtiments et jardin, de la contenance de sept cartullées, quatre vingt  boisselées de terre labourable, dix en pâtis et quinze journaux de prés, estimés en capital sept mille  francs (7 000 fr), dont la première offre sera de cinq mille deux cent cinquante francs (5250 fr).

2/ Affiche 28, vente N° 530 au profit du citoyen PROUST :

«  »La métairie de la Baraudière commune de  Pugny et provenant de mauroy, émigré, consistante en maison, grange, étables, cour ,airaux , jardin et ouchés, de la contenance de neuf boisselées, deux cent deux  boisselées de terre labourable,  et vingt sept journaux de prés  estimés au capital douze mille trois cent francs (12 300 fr), dont la première offre est de neuf mille deux cent vingt cinq francs (9225 fr) et  pour une souche de bestiaux estimée quinze cent vingt quatre francs »

Bilan 2016

Voici tout juste un an que le site du château de Pugny a été créé.

Il fonctionne grâce aux membres de l’ACP qui l’alimentent en articles divers et variés. Il est le fruit de nombreuses heures de recherches et de vérifications pour vous permettre d’avoir des informations historiques rigoureuses autant que possible.

Nous finissons cette année 2016 avec depuis quelques mois entre 2000 et 2500 visites mensuelles.

Au total cette année nous comptabiliserons plus de 22 000 visites et plus de 72 000 pages lues.

Autant dire que ces chiffres nous étonnent mais surtout nous motivent pour qu’en 2017 nous soyons encore plus riches dans nos articles.

2017 sera une année particulière pour le château de Pugny, en effet après des années de sommeil un grand spectacle organisé par la commune de PUGNY aura lieu fin Août. Une somptueuse comédie musicale ayant pour thème la vie du bandit Cartouche aura pour décor naturel l’enceinte du château. Nous aurons l’occasion d’y revenir dès le début de l’année prochaine.

Enfin, tous les membres de l’ACP vous souhaitent de joyeuses fêtes de fin d’année, ainsi qu’une bonne et heureuse année 2017.

Vente des biens nationaux ayant appartenu au marquis De MAUROY (1ere partie)

Nous avons vu précédemment que lors des ventes aux enchères des biens nationaux ayant appartenu  aux émigrés, en 1798, le citoyen Marché DUVIGNAUD s’était porté acquéreur du lot 526  comprenant le château.

Il s’est également porté acquéreur d’autres lots ayant fait partie des possessions du marquis De MAUROY:

1/ Affiche 28, vente N° 528 au profit de Marché Duvignaud :

«  »La métairie de la Penaudrie sise commune de  Pugny et provenant de mauroy, émigré, consistante en bâtiments incendiés, loge, cour ,airaux , et jardin,  deux cent trente neuf  boisselées de terre labourable, douze en pâtis et vingt journaux de prés, estimés en capital dix mille six cent  francs (10 600 fr), dont la première offre est de sept mille neuf cent cinquante francs «  » »

Ce lot sera remporté par Thomas BLANCHARD demeurant à NIORT agissant pour le compte du citoyen Marché DUVIGNAUD demeurant à Mauzé pour la somme de deux cent quatre vingt six mille francs (286 000 fr)

2/ Affiche 28, vente N° 529 au profit de Marché Duvignaud :

«  »La métairie de la Rue située commune de  Pugny et provenant de mauroy, émigré, consistante en bâtiment, cour ,airaux , jardin et ouchés, de la contenance de huit boisselées, cent deux  boisselées de terre labourable, cinq en pâtis et vingt journaux de prés qui composent la dite métairie estimés au capital onze mille  francs (11 000 fr), dont la première offre est de huit mille deux cent cinquante francs «  » »

Ce lot sera remporté par Thomas BLANCHARD demeurant à NIORT agissant pour le compte du citoyen Marché DUVIGNAUD demeurant à Mauzé pour la somme de quatre cent vingt deux mille francs (422 000 fr)

3/ Affiche 28, vente N° 531 au profit du citoyen Marché Duvignaud :

«  »Les moulins à eau et à vent de Courberive situés à Pugny et provenant de mauroy, émigré, consistants en logement et usines, écuries, hangard, jardin et ouchés, vingt boisselées de terre labourable ou environ et quatre journaux de prés estimés au capital trois mille cent vingt francs (3 120 fr), dont la première offre est de deux mille trois cent quarante francs «  » »

Ce lot sera remporté par Thomas BLANCHARD agissant pour le compte du citoyen Marché DUVIGNAUD demeurant à NIORT pour la somme de cent trente deux mille francs (132 000 fr)

Ce 5 avril 1798, le citoyen Marché DUVIGNAUD aura ainsi acquis 4 lots de biens ayant appartenu au marquis De MAUROY par l’intermédiaire de Thomas BLANCHARD  pour une somme globale d’un million six cent cinquante et un mille francs (1 651 000 fr)

la vente du château en 1798

Suite à l’émigration de la famille DE MAUROY, l’ensemble de leurs biens furent déclarés « biens nationaux » et furent vendus par lots aux enchères en 1798.

L’ensemble des procès verbaux de première enchère et adjudication définitive de domaines nationaux est conservé aux archives départementales des deux sèvres à NIORT, classé Q68.

L’ensemble des biens de la famille DE MAUROY ayant été partagé en divers lots, nous évoquerons le lot comprenant le château.

Ce procès verbal à en-tête du département des deux sèvres, canton de la Chapelle Saint Laurent, affiche N° 28, vente N° 526 concerne:

«  » »Le château et borderie de Pugny, situé commune du dit lieu, et provenant de mauroy, émigré consistant en différents bâtiments, cour et jardin, quatre vingt une boisselées de terre labourable, cinquante trois en pâtis, trois cent boisselées de bois, futayes et taillis, un bel et vaste étang, et vingt huit journaux de prés qui dépendent du dit domaine, estimé au capital avec les arbres futayes, quarante et un mille deux cent francs, dont la première offre est de trente mille neuf cent francs » » »

Des dispositions particulières étaient inscrites:

«  » »Sera tenu l’acquéreur, d’entretenir la chaussée et l’étang de Courberive sans pouvoir en changer la nature pour ne pas nuire au moulin de Courberive, auquel l’eau du dit étang est nécessaire. Le propriétaire du moulin de Courberive pourra faire pacager sur les bords du dit étang du côté gauche, suivant l’usage. » » »

Une première vente sur ces bases a lieu le 4 germinal an 6 (24 mars 1798) sous la forme de 3 feux allumés consécutivement, mais aucune offre n’est proposée.

Le 16 germinal an 6 (5 avril 1798) une seconde vente a lieu sous la forme de 4 feux allumés consécutivement:

lors du premier feu le citoyen BLANCHARD offre 100 000 francs, le citoyen ROBIN offre 200 000 francs puis le citoyen CHRETIEN offre 400 000 francs

lors du second feu: le citoyen BAZIERE offre 500 000 francs, le citoyen BLANCHARD 600 000 francs puis le citoyen ROBIN 650 000 francs

Lors du troisième feu BLANCHARD offre 700 000 francs, ROBIN 740 000 francs, CHRETIEN 780 000 francs, BLANCHARD 800 000 francs, BAZIN 810 000 francs et BLANCHARD 811 000 francs.

Il a été allumé un quatrième feu lequel s’est éteint sans qu’il ait été fait aucune enchère. L’administration a adjugé au citoyen Thomas BLANCHARD, demeurant à NIORT, lequel à déclaré acquérir pour le citoyen marché Duvignaud demeurant à Mauzé.

Procès verbal signé à la minute par T. Blanchard pour acceptation Duvigneau marché.

 

 

 

Une très belle photographie

Pour bien débuter ce mois de décembre, nous avons eu le privilège de recevoir de M et Mme BOISSONNEAU une admirable photographie datant du début des années 1920.

 

photo années 20
photo années 20

Cette photographie prise à l’arrière du château nous montre l’envers de la tour des fours à pain (aujourd’hui détruite), et surtout nous confirme que les douves à gauche sur la photo, aujourd’hui recouvertes de terres, étaient encore en eau à cette époque.

localisation de la prise de vue
localisation de la prise de vue

Que dire des ravissantes personnes qui posent sur ce cliché ?

La jeune fille  à gauche est Simone BOISSONNEAU qui épousa en 1929 Jean DAGUISE horloger bijoutier à Moncoutant.

pour rappel, l’historique de la famille BOISSONNEAU au château de PUGNY est consultable sur le site sous la rubrique « ses occupants »

à droite appuyée sur son parapluie c’est Madeleine BOBINEAU.

Encore un grand merci à M et Mme BOISSONNEAU pour cette magnifique photographie qui nous transporte près de cent ans en arrière et nous donne de précieuses indications tant architecturales en ce qui concerne le château que vestimentaires et reflet d’une époque concernant ses habitants.